Outils manuels et électro-portatifs se côtoient dans mon atelier. 

Quand je ramène un bois dans mon atelier, d'abord il faut qu'il sèche, lentement. Puis il est brossé, avec des brosses métalliques. Nettoyé, débarrassé de sa terre (et de ses habitants éventuels), au besoin avec un petit couteau (personnellement, les petits couteaux à légumes sont très bien ! ), et quelques coups de maillet pour en éprouver sa solidité. Puis vient le moment de couper les morceaux inutiles, à la scie égoïne, à la scie japonaise depuis peu, ou à la scie sabre électrique si le bois est trop dur. Ensuite vient le moment d'utiliser la râpe, notamment la magnifique râpe japonaise shinto, pourvue de deux dentures, l'une plus fine que l'autre. La sculpture peut aussi être dégrossie avec la disqueuse, montée avec un disque abrasif en métal.  La sculpture peut être faite de morceaux assemblés, dans ce cas-là il faut en passer par les clous ou les vis, et la colle à bois. Le travail se peaufine alors. Petit travail avec la Dremel, et ses petits accessoires de ponçage ou de sculpture. Ponceuse orbitale pour les grandes surfaces à poncer, ou papier de verre. Et début de l'étape de peinture si la sculpture s'y prête.

 

Pour la peinture, des pigments aux couleurs de la nature, de la terre : oxyde de fer rouge, ocre rouge, ocre jaune clair, sienne naturelle, terre d'ombre brûlée, ombre calcinée, ombre naturelle, terre verte, noir de vigne,... mélangés à de l'eau et à un liant acrylique.

A la peinture s'ajoute parfois un peu de cire antiquaire, pour faire une patine, rendue brillante sous l'ffet du brossage avec une brosse souple pour meubles cirés. 

 

 

Bien sûr, à côté de tous ces outils, je n'oublierai pas l'essentiel : de l'imagination, de l'amour du geste et de la matière, de la patience, un zeste de  fantaisie et de poésie ...

 

 

 

 

Mes outils et matériaux


06 82 98 28 17

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Delphine Tréhard